Quelle troisième couche choisir en fonction de sa pratique ?

Après s'être équipé d'une première (sous-vêtement technique) et seconde couche (veste isolante), le choix de la troisième couche est décisive pour le sportif. Selon sa pratique, cette veste sera plus ou moins protectrice, chaude et légère. Avant tout, les performances d'une troisième couche sont déterminées par deux principaux indicateurs : l'imperméabilité et la respirabilité.

Un skieur qui skie essentiellement sur la piste n'aura pas les mêmes besoins qu'un alpiniste ou un randonneurs à ski, tout comme un marcheur en raquettes et un traileur. Chaque activité sportive nécessite une protection spécifique qui varie en fonction de son intensité et de ses conditions de pratique. Quoi qu'il en soit, une troisième couche se doit d'être imperméable et respirante pour assurer l'efficacité générale du système 3 couches, tandis que d'autres critères peuvent également intervenir.

Imperméabilité
Plus une veste empêche l'eau de pénétrer, plus elle est imperméable. L'imperméabilité varie en fonction de la technicité de la veste et se mesure en Schmerber (1 Schmerber = 1 colonne d’eau de 1 mm).  Elle est obtenue par l'utilisation d'enductions qui permettent de rester au sec sous une pluie fine passagère, au risque de saturer, ou de membranes qui résistent à une pression d'eau bien plus soutenue.
> Pour les sportifs qui pratiquent des activités outdoor occasionnellement et par temps clément, une veste moyennement imperméable sera suffisante, par contre pour ceux qui sortent quel que soit le temps, une veste parfaitement imperméable est primordiale (minimum 20 000 mm).
 
Respirabilité
Inévitable pour évacuer la transpiration du corps, la respirabilité varie, elle aussi, en fonction des modèles de veste. Son niveau s'évalue par une unité de mesure : le MVTR, qui s'exprime en gr/m2/24 h (quantité d’eau que le tissu laisse passer en 24h). Évalué de 5 000 à 30 000, ce chiffre s'élève avec la capacité à respirer.
> Pour  les sportifs actifs qui pratiquent une activité intense comme l'alpinisme et la randonnée à ski, il est fortement recommandé d'opter pour une veste hautement respirante (minimum 20 000 gr) pour éviter de transpirer pendant l'effort.

Légèreté et compression
La légèreté de la troisième couche est aussi un élément à prendre en compte. Plus une activité est intense, plus la légèreté facilitera le mouvement. C'est en effet le cas en alpinisme et en randonnée à ski, mais aussi en trekking où la durée de l'activité est longue. La légèreté d'un vêtement rime souvent avec sa capacité à se compresser. Ainsi, plus une veste est légère et fine, plus elle sera facile à glisser au fond d'un sac. Un détail très apprécié chez les alpinistes et randonneurs.

Chaleur
Certaines troisièmes couches ajoutent en plus des critères imperméables et respirants indispensables, une couche isolante pour renforcer l'effet de la seconde couche. Cependant, plus la pratique est dynamique, moins l’isolation doit être importante. Hormis pour les sportifs qui pratiquent le ski sur piste ou la randonnée en raquettes de façon « tranquille », il est souvent inutile d'opter pour une troisième couche isolée, au risque qu'elle ne soit trop chaude et entrave la capacité à respirer pendant l'effort.

En résumé :
Pour les sportifs qui pratiquent des activités intenses et endurantes comme l'alpinisme, le ski de randonnée, la freerando, il est conseillé de choisir une veste aux propriétés imperméables et respirantes de haut niveau (minimum 20 000). Ce conseil est aussi valable pour les skieurs au niveau confirmé qui rident quelle que soient les conditions climatiques et qui fournissent un effort soutenu comme en freeride.
Le must en termes de troisième couche reste la membrane Gore-tex puisqu'elle assure d'excellentes performances imperméables et respirantes en milieu hostile. Elle se décline en différentes membranes, de la plus polyvalente à la plus performante : Gore-tex classique, Gore-Tex Active, Gore-Tex Pro. D'autres membranes aux propriétés semblables sont également développées par certaines marques : Polartec Neoshell (Polartec), Hyvent (The North Face), Dry-edge (Millet), Defender (Eider), H2no (Patagonia), …

Si vous êtes pratiquants occasionnels et que tout ce jargon vous a perdu, pas de panique. Pour choisir votre troisième couche, fiez-vous aux propriétés imperméables et respirantes annoncées sur l'étiquette. Une veste évaluée à 10 000 mm (imperméabilité) et 10 000 gr (respirabilité) répondra parfaitement à vos besoins. À vous ensuite d'évaluer vos préférences en terme d'isolation thermique.