Quelles chaussures choisir pour la marche nordique ?

Plus dynamique et polyvalente que la randonnée et le trekking, la marche nordique nécessite un matériel approprié, particulièrement au niveau des pieds. Lors de cette pratique, le sportif évolue sur différents types de terrain à une vitesse soutenue ; il est donc primordial qu'il porte des chaussures adaptées à son effort pour éviter tout risque d'accident ou d'inconfort.

À l'instar des chaussures de randonnée et de trekking, une bonne paire de chaussures de marche nordique doit être choisie avec soin. Reprenant les mêmes caractéristiques que ces deux dernières, une chaussure de marche nordique se distingue par quelques qualités spécifiques. En effet, cette activité se pratique sur tous les terrains et exige donc un bon niveau de polyvalence. Passer de l'asphalte, à un sol boueux, meuble puis caillouteux nécessite une chaussure particulière où souplesse, protection et confort forment un parfait compromis. De plus, cette variation de terrains nécessite de choisir des chaussures flexibles et adhérentes sur de multiples surfaces pour éviter de glisser et garder un rythme dynamique de marche.

Critère 1 : la souplesse
Il est important que la chaussure possède une semelle souple qui fléchisse au niveau de l'avant du pied et une tige basse. À contrario, le déroulé du pied aura du mal à se faire correctement et l'amplitude des pas sera moins efficace. Cette souplesse est encore plus déterminante avec l'élévation du niveau de pratique, lorsque la cadence et la longueur de pas s'allonge.

Critère 2 : la stabilité
Un pied stable permet des appuis sécurisés. Si les appuis du sportif ne sont pas suffisamment soutenus, gare aux risques de blessures et douleurs articulaires. D'un côté, la semelle de la chaussure doit être suffisamment large avec un support de talon qui évite les mouvements longitudinaux grâce à des stabilisateurs ; et de l'autre, la tige doit maintenir le pied en épousant parfaitement sa forme, notamment au niveau du coup de pied.

Critère 3 : l'adhérence
L'adhérence d'une chaussure est assurée par la sculpture de sa semelle soit ses crampons. Sur une chaussure de marche nordique, des crampons bien sculptés sont garants d'une bonne accroche sur tous les types de terrain rencontrés lors de l'activité.

Critère 4 : l'amorti
L'amorti d'une chaussure a un rôle multiple puisque c'est lui qui absorbe les chocs, amplifie le confort lors de la marche et retarde l'arrivée de la fatigue lors des longues distances. La marche nordique est un effort répété où les chocs du pied contre le sol peuvent engendrer des traumatismes au niveau des articulations du genou, de la cheville mais aussi au niveau des os du talon. Il est donc important de choisir une chaussure avec un amorti suffisant pour protéger son corps, sans toutefois tomber dans l'excès avec un amorti trop marqué qui risquerait d'effacer la perception des appuis au sol, capital en marche nordique.

Critère 5 : le confort thermique
La composition de la chaussure va jouer sur ce critère. Lors de longues marches, il est important de porter des chaussures respirantes mais aussi imperméables et isolantes. Il est en effet très désagréable de devoir marcher les pieds mouillés et froids, voir pire tremper de transpiration. Une attention particulière doit ainsi être portée sur les matériaux de la chaussure, au niveau de sa tige extérieure mais aussi de son chausson intérieure. Pour amplifier la ventilation à l'intérieur du pied, il est conseillé d'opter pour une tige basse et aérée (perforations). Pour ceux qui marchent par tous les temps, un modèle avec membrane type Gore-Tex sera garante de garder des pieds toujours secs.

Une fois la chaussure de rêve trouvée, son entretien est sacré. Malmenée pendant l'effort, une chaussure de marche nordique doit être bien entretenue pour maximiser sa durée de vie. Les nettoyer et les faire sécher de façon naturel après chaque sortie permettra d'en profiter le plus longtemps possible.