L'importance de la seconde couche

Tout aussi cruciale que la première et troisième couches, la seconde couche est responsable de l'apport de chaleur. Son rôle est en effet d'isoler le corps du froid extérieur. En plus de son pouvoir isolant, cette couche se doit d'assurer une bonne respirabilité, pour pouvoir transférer l’humidité intérieure vers l’extérieur afin d'éviter au skieur d'être en surchauffe et de transpirer. Plusieurs options sont possibles pour répondre à toutes les envies.

L'incontournable polaire

Dans la panoplie du skieur, la seconde couche la plus répandue est la polaire. C'est en effet une des fibres les plus efficaces qui doit son succès à son ration chaleur / légèreté, sa douceur et son séchage rapide. Appréciée pour son confort douillet, la polaire est également très respirante et résistante, tout en étant facile à entretenir.
La polaire se composent de fibres synthétiques, à base de polyester, PET (polytéréphtalate d’éthylène) et autres fibres synthétiques quelquefois recyclées. Elle est proposée sous différents grammages qui permet de faire varier son indice de chaleur. C'est en fonction de sa pratique, plus ou moins engagée, que le choix du grammage va se faire. Pour les skieurs qui évoluent tranquillement sur les pistes, un grammage élevé est conseillé (environ 300 g/m2), tandis que pour un randonneur à ski qui produit un effort intense, une veste polaire fine et respirante sera privilégiée.



D'autres fibres isolantes sont possibles


Synthétiques ou naturelles, d'autres fibres isolantes entrent dans la composition des secondes couches. Un vaste choix de vestes répond à toutes les attentes et tous les profils. Plus ou moins chaudes, plus ou moins légères et compactes, plus ou moins résistantes...

Les fibres synthétiques :

polyamide, polyester, acrylique, polypropylène, … sont utilisées en fonction des modèles. Attention, plus une veste est chaude, moins elle sera respirante. Cependant, ces fibres synthétiques assurent un séchage plus rapide que les fibres naturelles.

Les fibres naturelles :

on pense tout de suite au duvet naturel que l'on peut retrouver dans les micro-doudounes. Très performant en terme d'isolation et de compression, le duvet peut s'avérer sensible aux conditions humides. Une autre fibre naturelle mérite d'être connue : la laine Mérinos. Plus onéreuse que les fibres synthétiques car plus performante, la fibre Mérinos additionne les avantages. Cette incroyable fibre isolante a la capacité de tempérer le corps. En effet, elle rend le chaud quand il fait froid et le frais quand il fait chaud. Extraite d'une race de mouton de Nouvelle- Zélande, cette laine est 3 fois plus fine qu'une laine traditionnelle. Autre avantage : c'est une fibre biodégradable, facile à entretenir et qui ne retient pas les odeurs.

Conseils supplémentaires pour le choix d'une seconde couche:

  • Une veste isolante avec col montant et poignets ajustés (manchons ou élastiques) est plus efficace car elle empêche le vent de s'infiltrer à l'intérieur
  • Le choix d'une taille ajustée à sa morphologie, ni trop grande ni trop petite, est essentielle pour une bonne liberté de mouvement
  • La présence d'un zip complet ou d'un ½ zip au niveau du col est un plus pour réguler la température du corps et faciliter l'enfilage de la veste
  • Dès qu'une sensation de surchauffe est ressentie, il est conseillé d'enlever cette deuxième couche avant de transpirer !